15/06/2006

Éole

 

 

Les branches de cette immense hélice se mouvaient, émouvantes, émues par les vents, et mues par les vents, disposées comme si les points cardinaux avaient perdu le Nord, n’étaient plus que trois…

 

b.

20:12 Écrit par bergman dans ) chutes ( | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.