01/07/2006

béat

 

 

img309/6822/bruckner017ej.jpg

Qu'est-ce qu'une habitude ? Une certaine technique d'économie d'énergie. [...] Il y a même une volupté de la répétition dont la ruse ultime consiste à s'effacer, à passer inaperçue au moment où elle règne sans partage. En elle, le temps disparaît à force de revenir à l'identique. Obsédé d'originalité, l'Occident cultive une vision trop négative du répétitif. Il est des cultures où le retour d'un même thème, comme dans la musique arabe ou indienne, l'immobilité d'une note indéfiniment tenue finit par creuser d'imperceptibles différences. Ces mélodies d'apparence follement monotones sont travaillées d'infimes variations. Elle font concurrence au silence et nous hypnotisent par cette façon singulière de progresser en restant sur place.

 

Pascal Bruckner, L'Euphorie perpétuelle, Éd. Grasset, 2000

 

b.

13:37 Écrit par bergman dans ) dixit ( | Commentaires (1) | Tags : pascal bruckner, litterature |  Facebook | |

Commentaires

... j'aime bien la musique indienne.
écouter manu hermia "le murmure de l'orient" et voir sur www.manuel-hermia.com
j'aime aussi le concept de "progresser en restant sur place"
c'est comme si on ne faisait rien...
allez b, à +

Écrit par : m | 02/07/2006

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.