24/06/2007

hein ?

 

 

Ces volcans, océans de terre non avenue, ruent d’un retard sans cesse accumulé, tumulus tumultueux d’un temps en sépulture, temps qui tombe, temps qui grave et aggrave, déni obsessionnel d’instants prégnants d’un vide tourmenté…

 

b.

19:29 Écrit par bergman dans ) chutes ( | Commentaires (1) |  Facebook | |

Commentaires

Humble suite...et fin ? Orgasme des entrailles, de la terre à l'éther, l'archaïque jaillissant à la face du présent; mémoire ancienne où l'homme foetus, fétu, n'était que prémisse dont la terre mère se passait bien...

Écrit par : cryptos | 26/06/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.