18/07/2007

de mal en prix

 

 

Dans mon souvenir, ce sont les premiers mots qu'il a prononcés. Évidemment, avant, il y avait eu les paroles de circonstance, est-ce que mes vacances se passaient bien ?, tout à f, prendrais-je un café ?, volonti, Jacqueline, s'il vous plaît, deux cafés, mais asseyez-vous, ce genre, convenu, convenable....

 

Ce devaient être ces mots-là.

Ou d'autres... Bah !

Mais dans ma tête, les premiers, ceux qui comptèrent, furent :

"Toute votre vie, monsieur."

... 

Un temps.

... 

Il reprit :

"Toute votre vie, vous allez devoir rembourser toute votre vie !"

 

Je ne comprenais pas, je lui dis que je ne comprenais pas.

 

Et lui :

"Votre vie a un prix, monsieur, et il va falloir le payer. "

 

Et je ne comprenais tellement pas.

Et lui :

"Tout ce que vous avez vécu, monsieur., bons moments et mauvais moments, joies et peines, bonheurs et malheurs, instants perdus et minutes gagnées, tout, monsieur, il va vous falloir tout payer, tout rembourser, rembourser toute votre vie." 

 

Il se dirige vers la fenêtre, reste un instant immobile, à regarder vers l'extérieur, puis se retourne, ouvre les bras, souriant.

 

b.

13:41 Écrit par bergman dans ) chutes ( | Commentaires (5) |  Facebook | |

Commentaires

... Et, si elle n'est pas rose, nous remboursera-t'elle sur la bleue..?

Écrit par : k | 18/07/2007

Répondre à ce commentaire

Le type à la fenêtre
est toujours celui qui sait.

Écrit par : N. | 20/07/2007

Répondre à ce commentaire

J'ai une note de crédit, je souhaiterais encaisser rapidement

Écrit par : la marquise de sade | 24/07/2007

Répondre à ce commentaire

apprendre à perdre, c'est gagner on dirait, un film. En tout cas, l'intro est super, à quand la suite ;-)

Écrit par : dix | 14/08/2007

Répondre à ce commentaire

L'homme est le manque.
Il parle d'unité : "TOUTE votre vie, monsieur".
Il insiste sur la réconciliation intérieure, admettre le bon et le pas bon, sur une même échelle de valeur, contrairement au communément admis "le bon j'ajoute, le pas bon je soustraie, et je fais le solde".
Clairement énoncé pour les dimensions humaines du rêveur, mais aussi pour ses expériences de vie.
Rembourser, c'est admettre la valeur de, c'est se réapproprier.
Il en a fait l'avance : rembourser, c'est avancer à son tour.
Son regard par la fenêtre, doublé de bienveillance (aux accents impératifs), est une promesse d'ouverture vers le monde pour qui suit sa méthodologie...

Écrit par : k | 20/05/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.