31/01/2012

Oster y culture

 

 

S’il a obtenu le prix Médicis en 1999 pour "Mon grand appartement", Christian Oster est peut-être davantage connu pour "Une femme de ménage" (2001), devenu depuis un film au travers de la caméra de Claude Berri et des interprétations de Jean-Pierre Bacri et d’Emilie Dequenne.

"Mon grand appartement" me donne envie de le louer, entendez « le couvrir de louanges ». Oster nous donne la preuve que l’on peut impassiblement se prendre les pieds dans le tapis sans être ridicule, tout en ayant suffisamment de recul pour en rire avec le lecteur au moment de la chute elle-même. Ironique sans sarcasme, réfléchi sans effet de miroir alourdissant, ce court roman (« à la » Editions de Minuit) crée une curieuse impression de jubilation intérieure, fraîche et revigorante. Etonnant et élégant moment de littérature radicalement contemporaine…

b.

9782707319845fs.gif


12:41 Écrit par bergman dans ) chutes ( | Commentaires (0) | Tags : christian oster, littérature, rature |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.