12/04/2012

... morne pleine (Sorry Victor H.)


Ce qu'il y a aussi de confortable dans sa banalité, c'est qu'il ne doit pas en peaufiner les attributs, l'absence d'enjeu dissolvant par essence et par avance le toujours possible besoin d'un étalage d'artifices. Elle ne doit convaincre de nulle sincérité, se légitimant par l'évidente vacuité de son manque de propos. Piètre être, peut-être, juste sûr d'un jour à l'autre n'être.

b.



 

12:12 Écrit par bergman dans ) chutes ( | Commentaires (0) | Tags : banalité, morne plaine, victor, hugo |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.